Actualité à la Hune

Complément VV 527, janvier 2015

La bataille des géants de 100 pieds

  • Publié le : 05/01/2015 - 00:01

Les cinq 100 pieds

Cinq Maxi de cent pieds parmi les 119 voiliers inscrits étaient au départ de la 70e Sydney Hobart (Australie), le 26 décembre, dont le tout nouveau Comanche de Jim Clark conçu par VPLP et Guillaume Verdier.

 

Comanche, silhouette couleur 2014Photo @ François Chevalier Mis à l’eau le 27 septembre dernier au chantier Hodgdon, à Boothbay, au Nord de Boston, Comanche a reçu son mât et sa quille à Newport et n’a navigué que le temps de rejoindre Charleston, en Caroline du Sud, pour trouver le cargo qui l’emmènerait à Sydney.

Réalisé en à peine un an, ce Maxi est le plus grand voilier en carbone pré-imprégné construit aux USA. Le choix des architectes a été dicté par les victoires des IMOCA de Guillaume Verdier et du Cabinet VPLP, cependant l’échelle de Comanche – 30,48 mètres de long, 7,85 mètres de large et 6,65 mètres de tirant d’eau – ne suppose pas une simple extrapolation. De plus, le Maxi devait pouvoir rentrer dans la jauge IRC et éventuellement remporter les coupes en temps compensé, même si cela n’était pas le premier objectif.

Jim Clark, son propriétaire et fondateur de Netscape, projette en effet de remporter quelques grands prix et quelques records. Au programme après la Sydney-Hobart, il y a donc le Fastnet, la Course des Bermudes, la Transat et la Transpac. En ce qui concerne les records, celui des 24 heures est en ligne de mire et Clark aimerait être à bord pour battre celui de Mari-Cha IV sur l’Atlantique (6 jours, 17 heures et 21 minutes), ainsi que – pourquoi pas – celui du Tour du Monde. Bref.

Comanche, plan de formePhoto @ François Chevalier

Dans la Solas Big Boat Challenge, courue le 9 décembre en baie de Sydney, après trois jours d’entrainement, Comanche s’est incliné devant Wild Oats XI. Mais comme l’annonçait son skipper, Ken Read, président de North Sail : «Ce bateau n’est pas fait pour tourner autour de trois bouées.»

Reste que pour vaincre en temps compensé, les Maxi doivent pratiquement s’approcher ou battre le record détenu par Wild Oats en 2012, de 1 jour, 18 heures, 23 minutes et 12 secondes. À bord de Comanche, toutes les manœuvres se font à la force des bras… Avec un rating de 1,901, il est donc moins pénalisé que Wild Oats XI, qui en 2013 avait un rating de 1,973 et était quatorzième en temps compensé.

Quoiqu’il en soit, en dessous de 5 nœuds de vent, il n’est pas possible de concurrencer les coques étroites. Certes, la course Sydney-Hobart a vu, depuis 1945, plus de coups de vent que de calmes établis sur les 628 milles du trajet... Mais pour ne pas s’incliner devant Wild Oats XI, il aurait fallu pour Comanche qu’il y ait beaucoup de vent et pas trop d’allures de près…

 

Wild Oats XI, silhouette couleur 2014Photo @ François Chevalier Mis à l’eau trois semaines avant le départ du Sydney-Hobart 2005, Wild Oats XI a su s’imposer dès la première année et depuis, il a cumulé les victoires au point de paraître invincible : fin décembre, il a ainsi signé sa 10e victoires dans la Sydney-Hobart – dont deux victoires en temps compensé et deux records.

Après avoir connu maintes configurations d’appendices, le voilier avait cependant tendance à s’enfoncer au portant dans la mer formée, limitant ainsi sa vitesse moyenne. La solution, testée à la Audi Hamilton Island Race 2013, a consisté à ajouter un foil latéral rétractable, horizontal, placé au niveau du mât, au niveau de la flottaison sur lequel le voilier s’appuie pour s’alléger. Ce foil en carbone, épais et porteur, mesure 55 centimètres de large pour une extension de 2,75 mètres dans sa première version et a été allongé cette année. Il assure une portance sur la partie centrale du voilier, qui dégage mieux son étrave, augmente sensiblement la raideur et favorise le planning… Peine perdue : «Les premiers essais on montré que la partie qui restait à l’extérieur au vent était un handicap dans le gros temps, aussi, le premier foil a été retenu pour la course.»

La dérive avant, au profil épais, ajoutée en 2012, a pour but de corriger l’instabilité des départs au lof ou à l’abattée sur les crêtes de vagues aux allures portantes. En effet, sur ces longs déplacements légers, prolongés de bouts dehors importants, les voiles de portant déplacent le centre de voilure loin sur l’avant et ont tendance à rendre le bateau mou. Pour cette année, l’étrave a donc été gonflée en reprenant les formes sur deux mètres et un nouveau bout-dehors, plus long et plus léger, a remplacé l’ancien. En effet, devant la concurrence, Wild Oats se doit de mettre toutes ses chances dans les petits airs, où il se sait supérieur aux deux plats à barbe que sont Comanche et Perpetual Loyal.

Wild Oats XI, plan de formePhoto @ François Chevalier

Les formes de Wild Oats font apparaitre une coque avec des fonds légèrement arrondis, des flancs évasés, une flottaison étroite (4,10 m) et un creux de coque positionné en avant de la quille. À la gîte, la flottaison utilise bien toute la longueur du voilier, la surface mouillée est réduite et les dérives jouent leur rôle. Il faut ajouter que l’axe de la flottaison de cette coque étroite bascule peu en gîtant, favorisant un bon angle de remontée au vent.

 

Perpetual Loyal, silhouette couleur 2014Photo @ François Chevalier Perpetual Loyal (ex Rambler 100) a été acquis par le Néo-Zélandais Anthony Bell qui a remporté la Sydney-Hobart en 2011 en temps réel, battant Wild Oats XI de 3 minutes et 8 secondes avec son Investec Loyal, un plan Greg Eliott et Clay Oliver de 2005.

Ce plan Kouyoumdjian
est également dérivé des 60’Open IMOCA et des Volvo 70. A sa mise à l’eau en 2008, il semblait vraiment extrême, alors que comparé aujourd’hui à Comanche, il est moins large, un peu plus lourd et un peu moins voilé. La moitié du poids du voilier se trouve dans le lest qui bascule à l’extérieur de la coque au vent (lest qu’il a perdu dans le Fastnet 2011 http://www.voilesetvoiliers.com/course-regate/rolex-fastnet-race-2011-rambler-100-un-monstre-terrasse/). Si le vent vient à monter, 8 mètres cube de ballast d’eau de mer viennent calmer le jeu, ce qui lui donne un moment de redressement qui n’était pas comparable à celui de ses anciens concurrents. Sa faculté de partir au planning aux allures portantes lui confère une vitesse de pointe exceptionnelle.

 

Perpetual Loyal, plan de formePhoto @ François Chevalier

 

Ragamuffin 100, silhouette couleur 2014Photo @ François Chevalier Les Ragamuffin font partie de l’histoire de l’Australie, leur propriétaire Syd Fisher ayant couru 45 fois la Sydney-Hobart et l’ayant remportée trois fois (dont une en temps compensé), plus deux fois l’Admiral’s Cup… On ne compte plus ses victoires depuis son premier Ragamuffin de 1968. Fisher entretient aujourd’hui trois voiliers pour couvrir ses ambitions de conquêtes : un 100 pieds, un 90 pieds et un TP52.

Dessiné par Andrew Dovell, le dernier Ragamuffin 100 sort juste de chantier. Baptisé le 2 décembre 2014, il est conçu suivant les derniers critères technologiques, mais se distingue radicalement des voies empruntées par Perpetual Loyal et Comanche. C’est avant tout un voilier de compromis, qui se veut compétitif par tous les temps, y compris les petits airs qui règnent parfois au départ de Sydney ou à l’arrivée entre l’Ile Tasman et Hobart. Donc une coque à bouchain, mais pas trop large, une flottaison courte, mais rasante, des ballasts pour changer l’assiette du voilier ou augmenter la raideur.



 

Rio 100, silhouette couleur 2014Photo @ François Chevalier Construit en 2003 en Nouvelle Zélande sous le nom de Zana, Rio 100 a été profondément modifié par le chantier Cooksons, sous la direction de l’architecte Brett Bakewell-White et du skipper Keith Kilpatrick, en sectionnant la coque à la moitié, afin de l’élargir sur l’arrière, de l’alléger et de lui adjoindre deux safrans. La nouvelle quille est rétractable, si bien que le voilier ne porte pas la même voilure que ses concurrents directs, tous pourvus de quilles basculantes. Son principal atout est son extrême légèreté, six à huit tonnes de moins que les autres 100 pieds et son rating IRC de 1,723. Mais aux dires de son propriétaire Manouch Moshayedi, «il y a une chance sur un million que nous ayons les conditions météos idéales pour nous.»

 

………..
Caractéristiques  des Maxi de 100 pieds

Comanche
Maxi 100 pieds
Sloop
Architectes : VPLP et Guillaume Verdier.
Constructeur : Hodgdon Yachts, Boothbay, Maine, USA
Baptême : 27 septembre 2014
Longueur : 30,48 m
Longueur hors tout : 30,48 m
Longueur à la flottaison : 30,25 m
Largeur : 7,85 m
Tirant d’eau : 6,67 m
Tirant d'air : 45,75 m

Bout-dehors : 3,70 m
Déplacement : 29,5 t
Surface de la GV : 410 m2
Voilure au près : 760 m2

Voilure au portant  max : 1 400 m2

Rating IRC : 1,901


Wild Oats XI
Maxi 100 pieds
Sloop
Architectes : Reichel/Pug
Constructeur : McConaghy, Sydney
Baptême : 2 décembre 2005
Longueur : 30,48 m
Longueur à la flottaison : 29,40 m
Largeur : 5,10 m
Tirant d’eau : 5,94 m
Tirant d'air : 44 m

Bout-dehors : 3,50 m
Déplacement : 32 t
Surface de la GV : 390 m2
Voilure au près : 630 m2

Voilure au portant max : 1 250 m2

Rating IRC : 1,973


Perpetual Loyal (ex Rambler 100, ex Speedboat)
Maxi 100 pieds
Sloop
Architecte : Juan Kouyoumdjian

Chantier : Cookson Boat, Auckland (N-Z)

Mise à l'eau : 17 avril 2008

Longueur : 30,48 m
Flottaison : 29,99 m

Bau : 7,35 m

Tirant d'eau : 6,22 m

Tirant d'air : 47 m

Bout-dehors : 5 m
Déplacement : 30,6 t
Ballast : 8 t
Surface de la GV : 375 m2
Voilure au près : 660 m2

Voilure au portant max : 1 340 m2

Rating IRC : 1,895


Ragamuffin 100
Maxi 100 pieds
Sloop
Architecte : Andrew Dovell
Chantier : Innovation Composite, Nowra (Australie)

Mise à l'eau : 2 décembre 2014
Longueur : 30,48 m
Flottaison : 28,65 m

Bau : 5,78 m

Tirant d'eau : 5,65 m

Tirant d'air : 45,40 m

Bout-dehors : 4,55 m
Déplacement : 32 t
Ballast : 6 t
Surface de la GV : 375 m2
Voilure au près : 610 m2

Voilure au portant max : 1 300 m2

Rating IRC : 1,918


Rio100 (ex Zana, ex Konica Minolta, ex Lahana)
Maxi 100 pieds
Sloop
Architecte : Brett Bakewell White
Chantier : Cookson Boat, Auckland (N-Z)

Mise à l'eau : 2003-2014
Longueur : 30,48 m
Flottaison : 30,15 m

Bau : 6,03 m

Tirant d'eau : 4,25/5,75 m

Tirant d'air : 38 m

Bout-dehors : 4,15 m
Déplacement : 23,5 t
Surface de la GV : 271 m2
Voilure au près : 447 m2

Voilure au portant max : 1 052 m2


Rating IRC : 1,72