Actualité à la Hune

Route du Rhum - Destination Guadeloupe

Arthur Hubert, l’espoir du Rhum

Le vainqueur de la sélection Espoir pour un Rhum, organisée par l’écurie BE Racing de Servane Escoffier et Louis Burton, a été présenté hier au réseau Mer Entreprendre, qui regroupe une centaine d’entreprises bretonnes. Arthur Hubert est l’heureux élu et rêve déjà de sa future participation à la 11e édition de la Route du Rhum au mois de novembre.
  • Publié le : 10/04/2018 - 18:00

Arthur HubertArthur Hubert représentera les couleurs du réseau Mer Entreprendre sur la Route du Rhum 2018. Un rêve pour ce navigateur n’ayant jamais participé à une grande épreuve en solitaire.Photo @ Stéphane Maillard
Imaginé en 2013 par Servane Escoffier et Louis Burton, le projet Espoir pour un Rhum est né d’un constat récurrent : il est très difficile pour de jeunes passionnés de trouver des partenaires prêts à suivre leurs rêves et ambitions dans le domaine de la course au large. Le couple malouin, fort de ses nombreuses expériences, a donc décidé il y a quatre ans d’aider des marins d’Ille-et-Vilaine dont l’âge va de 18 à 25 ans en créant le réseau Mer Entreprendre. Il s’agit d’un club d’entreprises voulant s’impliquer dans le projet pour des sommes relativement modestes (entre 2 000 et 20 000 euros). Après tirage au sort, l'une d'entre elles deviendra le partenaire titre du marin et donnera son nom au bateau. «Au départ, cela a débuté avec trois de mes anciens partenaires. Comme cette recherche demandait beaucoup de temps, nous avons donc embauché à l’époque une personne pour faire du commercial. Pour la Route du Rhum 2014, nous avions ainsi une centaine de partenaires. Dans le concept, nous proposons une rencontre mensuelle avec les personnes du réseau, toujours dans un esprit festif avec comme fil rouge le sport. Valentin Lemarchand a été notre premier Espoir pour un Rhum et a terminé 11e de l’épreuve avec un Class40 qui n’était pas des plus compétitifs» explique Servane Escoffier, qui a elle-même participé par deux fois à cette course emblématique, avec une 2e place en 2006 en monocoque de Classe 2 et une 7e place en catégorie Ultim en 2010.

Servane Escoffier et Louis BurtonServane Escoffier et Louis Burton, ici lors de leur arrivée de la Transat Jacques Vabre 2017, avaient créé BE Racing il y a maintenant plus de quatre ans. Une écurie qui a encore de nombreux projets à venir. Photo @ Jean-Marie Liot
Ce concept a été renouvelé l’année suivante et est devenu Espoir pour un Café en vue de la Transat Jacques Vabre. Le sélectionné d’alors, Arthur Hubert, a donc participé aux côtés de Valentin Lemarchand à la course entre Le Havre et Itajaí au Brésil où ils ont terminé en 8e position.
En 2016, Espoir pour un Corsaire voit Jules Bonnier participer à la Transat Québec-Saint-Malo avec d’autres Malouins. L’an dernier, c’est Tom Laperche (20 ans), accompagné par Christophe Bachmann, qui s’est vu offrir le tout nouveau Class40 de l’écurie BE Racing. Le duo s’est adjugé la 7e place de la Transat Jacques Vabre sur un Tizh40 construit la même année au chantier BG Race de Saint-Malo, alors propriété du couple Servane Escoffier-Louis Burton.

Cette saison marque la fin d’un premier cycle. Ainsi, les quatre lauréats depuis 2014 se sont retrouvés en compétition pour être le porte-drapeau du réseau Mer Entreprendre et donc d’être l’Espoir pour un Rhum 2018.

Class40Le Class40, ici avec Tom Laperche à la barre, sera sans nul doute l’un des bateaux à surveiller en novembre prochain sur la route menant de Saint-Malo à la Guadeloupe.Photo @ Stéphane Maillard
«Pour cette sélection, ils étaient notés selon plusieurs épreuves et différents critères. Une épreuve par écrit concernant la culture maritime générale et la météo. Une note sur l’eau, sachant qu’ils avaient déjà tous effectué une transat en course. Ils ont donc participé à une journée entière de régates en J/80 en partenariat avec la Société nautique de la baie de Saint-Malo. En faux solitaire, car il y avait à chaque fois un observateur et un équipier sur les cinq manches. Ensuite, un média training avec présentation de leur projet et un vote de nos adhérents car, sans eux, il ne se passerait pas grand-chose. Enfin, il y a eu un entretien final avec Louis et moi. Nous leur avons demandé leurs attentes et surtout leurs motivations et tout ce qu’ils pouvaient apporter au projet,» rapporte Servane Escoffier qui, en parallèle, est très impliquée dans le projet Louis Burton autour du monde en IMOCA avec le Bureau Vallée 2 et dans l’éducation de ses deux jeunes enfants.

J/80Avec le concours de la Société nautique de la baie de Saint-Malo, les sélections pour l’Espoir du Rhum 2018 se sont déroulées sur l’eau en J/80.Photo @ Stéphane Maillard
Le vainqueur de la sélection Espoir pour un Rhum a été présenté ce mardi 10 avril à 18 heures devant tous les membres du réseau Mer Entreprendre à Saint-Malo. Il s’agit d’Arthur Hubert. L’ingénieur en mécanique, passé par les Arts et Métiers et l’Institut royal de technologie de Stockholm, actuellement responsable de production et du bureau d’études de BG Race, était évidemment ravi de cette annonce : «Gagner Espoir pour un Café en 2015 était déjà pour moi assez fou. J’avais 24 ans. Participer à la Jacques Vabre avec Valentin a été une expérience superbe. Une course particulière où, après une semaine, il n’y avait qu’un bateau sur deux en course. Après un arrêt à Madère pour réparer notre rail de grand-voile, nous avons réussi à doubler quelques concurrents.» Si leur bateau n’était pas des plus performants – la faute à un budget plutôt restreint –, cette fois-ci le Vannetais d’origine va pouvoir s’exprimer sur un engin de dernière génération : «C’est le troisième Tizh40 dont j’ai suivi la construction depuis 2016. Un plan Verdier qui a permis à Yannick Bestaven et Pierre Brasseur de remporter la Transat Jacques Vabre en 2015, par exemple. Ce qui m’arrive est magique. L’équipe est plus structurée, plus professionnelle. J’ai d’ailleurs une pensée particulière pour ceux qui étaient mes concurrents sur cette sélection : Jules, qui était notre préparateur sur la Jacques Vabre et Tom, avec qui j’ai participé à la fin de la construction du nouveau Class40 de l’écurie BE Racing.»

Tizh40Arthur Hubert connaît sur le bout des doigts le Tizh40 sur lequel il va participer à la prochaine Route du Rhum. Et pour cause, il en a suivi la construction au chantier BG Race à Saint-Malo.Photo @ Stéphane Maillard
La Route du Rhum 2018 va être sa première course en solitaire et il l’appréhende pour l’instant sans trop de pression. Elle viendra bien à temps. «J’ai fait pas mal de convoyages en solitaire mais cela ne dépassait pas plus de trois jours. Là, je vais y goûter pleinement lors de ma qualification dans un mois. Le bateau est une belle bête, fiable et performant. Avec l’enthousiasme des partenaires, je vais faire en sorte que ce beau projet soit leur fierté !» C’est tout le mal qu’on lui souhaite.