Actualité à la Hune

Transat Jacques Vabre

Les chiffonniers des «petites» classes

Thibaut Vauchel-Camus, nouveau chroniqueur de voilesetvoiliers.com et qui connaît bien la Class40 pour avoir remporté The Transat 2016 et terminé deuxième de la Route du Rhum 2014 mais qui connaît aussi les Multi50. Un marin resté à terre en attendant son futur Multi50, Solidaires En Peloton-ARSEP, et qui nous livre ce matin son analyse d’expert sur les formidables batailles qui se déroulent dans ces deux «petites» catégories mais grandes par leur intensité.
  • Publié le : 10/11/2017 - 07:42

Fenetrea - Mix BuffetErwan Le Roux et Vincent Riou sont désormais pointés en tête de la catégorie Multi50. Mais il reste encore plus de 2 500 milles à courir.Photo @ Jean-Marie Liot/ALeA/TJV2017
On se régale vraiment à suivre la cartographie de la Transat Jacques Vabre concernant toutes les catégories, en Class40 en particulier qui a déjà connu quatre leaders différents. Les favoris ont tenu leur rang en se détachant de la flotte mais aussi en se livrant à une régate qui redistribue les positions parfois plusieurs fois par jour.

Les Multi50 sont passionnants à suivre. Arkema (Roucayrol-Pella) et FenétrêA-Mix Buffet (Le Roux-Riou), désormais leaders, se livrent à un magnifique match race océanique. Même un peu décroché aujourd’hui et en proies à des soucis d’électronique, félicitations au binôme de Ciela Village 2 (Bouchard-Krauss) qui, malgré le manque de temps pour prendre en main cette magnifique machine toute neuve, a su trouver les bons réglages pour exprimer avec autorité son potentiel. Le mot d’ordre au départ devait être de jouer la prudence tout en laissant la place au feeling. «Border pour voir et ne pas choquer si on le sent bien». Dans la même philosophie Armel et Vincent sur Réauté Chocolat font preuve de sérénité et tentent des coups.

ArkemaDepuis ce matin, Arkema impeccable jusque là, a été doublé par FenétrêA-Mix Buffet. Ces deux bateaux se livrent à un vrai match racing Atlantique.Photo @ Vincent Olivaud/Arkema

Rappelons qu’il est toujours délicat de découvrir un bateau en configuration course, d’autant plus au large et en double ! Avec La French Tech-Rennes Saint-Malo (Lamiré-Duprey du Vorsent) à l’affût, la 3e place du podium fera l’objet d’une belle bagarre à trois. Du coup, l’expérience malheureuse de Drekan Groupe (Defert-Pratt) nous rappelle que les conditions étaient fortes - parfois surprenantes - et que tenir des moyennes à plus de 20 nœuds n’est pas anodin sur ce genre de bateau. Mais cette expérience ne nous démontrerait-elle pas aussi que, l’arrivée des foils sur les Multi50 n’est pas seulement un turbo mais aussi réel un gain en sécurité ? Il faudra attendre l’arrivée des skippers qui ont connu l’avant et l’après foils pour s’avancer sur des conclusions.
En revanche,  les Multi50 nouvelle version jouent avec les IMOCA dans des conditions de mer jusque-là moins propices pour ces libellules à trois coques, ce qui va très certainement être positif pour l’attrait médiatique et le développement de cette classe de multicoques.

Chavirage Drekan GroupeFin de Transat pour Drekan Groupe, victime d'un chavirage mercredi soir. Espérons que Christopher et Eric récupèrent le bateau.Photo @ DR

Les Class40 eux, nous offrent de l’intensité par le rythme, les classements qui évoluent et surtout par les packages «avaries /comeback». Carac (Duc-Loison) et V&B (Sorel-Carpentier) ont été remarquables depuis le départ. Tantôt à imposer le rythme tantôt à lever le pied et – de nouveau tantôt – aux avant-postes. A bord, ils font tous les quatre font preuve d’un grand sens marin pour préserver voire même viabiliser leurs bateaux ; mais ils démontrent aussi être possesseurs du génome «mi-régatier – mi-sanglier !»
Maxime et Antoine sur V&B ont réussi à afficher près de 10 % de vitesse moyenne de plus sur 24 heures que leurs «lièvres» Aïna Enfance & Avenir et TeamWork sur des routes identiques. Par contre les miles perdus par Carac sont peut-être dûs à des problèmes pas encore totalement résolus d’où la perte du bon timing dans le placement de l’empannage pour plonger dans le Sud.

Phil Sharp et Pablo SanturdeTandem redoutable que celui formé par Phil Sharp et Pablo Santurde (Imerys Clean Energy) qui possédent ce matin 25 milles d'avance sur Sorel-Carpentier.Photo @ www.philsharpracing.com

Phil et Pablo sur Imerys Clean Energy ainsi que Bertrand et Justine sur TeamWork, nous font la démonstration, après des navigations discrètes en Manche, que le large océanique est leur discipline favorite. Tenir ces bateaux poignées en coin, vagues par-dessous et par-dessus, est possible avec des machines qui ont fait leurs preuves, qui sont optimisées et bien maîtrisées.
Il faut aussi tirer un coup de chapeau à Région Normandie Junior Senior by Evernex (Cardin-Château) et au Lion d’Or (Laperche-Bachmann) en plein baptême du feu, époustouflants à tenir ainsi le rythme imposé par la course et la météo.

En matière stratégique, après les épisodes Manche, passage de front et anticyclone, la route est ouverte jusqu’à Bahía, théoriquement d’un seul bord ! Mais c’est sans compter sur cette rare absence d’alizé à l’Ouest ainsi que sur l’axe entre les archipels des Canaries et du Cap Vert. Cela pourrait imposer de rester véloce le long des côtes africaines pour ensuite gagner dans l’Ouest. Si la situation tend à la normalité la question est : «avec ou sans empannage ?» Car faire du tribord avec une VMG quasi nulle est compliqué pour le moral.
Mais si cette tendance se confirme nous allons avoir un parcours type Route du Rhum avec une bataille d’empannages pour aller chercher un vent de plus en plus à droite.

TeamWork 40Au large, Justine Mettraux et Bertrand Delesne donnent le plein potentiel de leur TeamWork.Photo @ Christophe Breschi/Teamwork Sailing Tour 2017

Il est garanti que, dans les deux jours à venir, les reports de positions de la flotte seront encore plus attendus toutes les heures à bord des bateaux ! On y compare les vitesses des uns et des autres. Ce qui peut affiner la comparaison des prévisions météos avec les observations mais peut aussi révéler des indices sur le potentiel à l’instant des T des concurrents. Voiles perdues, réparations en cours, problèmes de pilote… Tout est analysé. Et nous allons assister ou deviner des empannages. Il est toujours étrange de voir des trajectoires plus «basses» que la sienne, ce qui signifie souvent qu’il y a des empannages discrets ! La question va davantage se poser avec un Pot au Noir aujourd’hui moins actif, autour du 30-32°W.

Campagne de FranceDommage pour Halvard Mabire et Miranda Merron, qui ont abandonné sur avarie de safran.Photo @ Jean-Marie Liot/Campagne de France

Enfin la malheureuse avarie de Campagne de France rappelle (et je sais de quoi je parle…) que la course va aussi se jouer sur le niveau de préparation, de l’inspection quotidienne et de la gestion du capital performance du bateau, éléments qui vont devenir prépondérants au fur et à mesure de la suite de cette transat.


- Le nouveau chroniquer de voielsetvoiliers.com, Thibaut Vauchel-Camus a remporté The Transat 2016, terminé deuxième de la Route du Rhum 2014 et quatrième de la Transat Jacques Vabre 2015 en Class40. Il construit actuellement un Multi50 aux couleurs de la marque sportive Solidaires En Peloton et de la Fondation ARSEP, qui œuvre pour lutter contre la sclérose en plaques.

 

Transat Jacques Vabre 2017
Les trois premiers de chaque catégorie
Classements à 07 h 06


Ultim
1. Sodebo Ultim’ (Coville-Nélias), à 1 867 milles de l’arrivée.
2. Maxi Edmond de Rothschild (Josse-Rouxel), à 21,3 milles du premier.
3. Prince de Bretagne (Lemonchois-Stamm), à 797,6 milles du premier.

IMOCA
1. StMichel-Virbac (Dick-Eliès), à 2 636 milles de l’arrivée.
2. SMA (Meilhat-Gahinet), à 47 milles du premier.
3. Des voiles et Vous (Lagravière-Peron), à 60,4 milles du premier.

Multi50
1. FenétrêA-Mix Buffet (Le Roux-Riou), à 2 564 milles de l’arrivée.
2. Arkema (Roucayrol-Pella), à 7,6 milles du premier.
3. Réauté Chocolat (Tripon-Barnaud), à 160,8 milles du premier.

Class40
1. Imerys Clean Energy (Sharp-Santurde), à 3 041 milles de l’arrivée.
2. V&B (Sorel-Carpentier), à 25,4 milles du premier.
3. Aïna Enfance et Avenir (Chappellier-Le Vaillant), à 45 milles du premier.

Classements complets et cartographie ici.