Actualité à la Hune

Vendée Globe

Overdose ?!

Pas de doute, la flamme du Vendée Globe résiste, ne s'éteignant pas encore. Sur les tables des librairies, l'opus Desjoyeaux et le livre officiel trainent, attirant les nostalgiques de la dernière édition de la course mythique. , gémit-on caressant les couvertures... Mais gare aux déceptions !

  • Publié le : 09/06/2009 - 08:31

Les livres du dernier Vendée sont alignés sur les tables des librairies, exploitant à propos le retour de flamme offert par la remise des prix de l'édition mythique. L'édition des trente concurrents de talent, celle qui a révélé Sam' Davies, celle du sacre de Desjoyeaux. Celle dont on a tout dit... Non ?

Exercice de style ou loi du marché ?
Vendée Globe 2009 : livre officiel Avec son titre à rallonge, "L'incroyable odyssée du tour du monde en solitaire" ne manque rien de l'histoire officielle du Vendée 2008-09. Photo © D.R. Aujourd'hui, le simple fait de tourner les pages provoque encore des frissons.
En revoyant la voile en lambeaux de Dee, le flamand rose de Sam', les yeux gonflés par la fatigue de Marc, ce sont un peu des bouts de ma propre vie que je revois. Cet hiver, comme tous les Français, j'ai vécu le Vendée Globe avec les tripes !

Drôle d'émotion provoquée par <L'incroyable odyssée du tour du monde en solitaire>... L'épais format carré du livre officiel de la 6e édition du Vendée Globe a tout consigné, de la préface de Philippe de Villiers au discours d'arrivée du boss Desjoyeaux !
400 photos légendées, piochées dans le stock des photographes et des skippers, immortalisent les callosités, les grimaces, les mâts brisés et les sourires.
Temps forts, portraits, cartographies, exergues... Les quatre journalistes - Pierre-François Bonneau, Dominic Bourgeois, Camille El Bèze et Loïc Le Bras - qui ont suivi les quatre mois d'épreuve pour le site officiel n'ont rien oublié.

Certes, la rigueur clinique de l'exercice rend parfois les textes un peu froids... Mais, diable ! Comment raviver l'incroyable flux d'énergie qui nous a électrisé ?! Nous nous réveillions, travaillions, mangions, rêvions, dormions Vendée Globe à chaque seconde des 84 jours, 3 heures, 9 minutes et 8 secondes de l'invraisemblable parcours de Desjoyeaux ! Vendée Globe 2009 : livre officiel, p. 180 à 181 L'arrivée de Desjoyeaux vainqueur, paroxysme de la course, ne signe par la fin du récit officiel pour autant. Photo © D.R.


Ah ! Desjoyeaux... <Coureur des océans> aimante les chalands.
Pensez ! Sur sa couverture, c'est lui qui signe et pose, les yeux dans le vague. L'air bizarre, en fait, un peu inquiétant... Les couleurs de l'image sont saturées. Ses iris sortent bleu azur et ses lèvres semblent passées au stick fluo de protection solaire qu'on utilisait au ski dans les années 80.

"Coureurs des océans" de Michel Desjoyeaux "Coureurs des océans", le récit autobiographique de Desjoyeaux est comme amorti dans le coton. Photo © D.R. Sacré flash back.
A l'époque, Desjoyeaux naviguait comme équipier de Côte d'Or, le Maxi skippé par Eric Tabarly pour la Whitbread.
L'épisode est relaté à la moitié du volume. Desjoyeaux a déjà enroulé le Horn ; Vincent Riou et Jean Le Cam ont été pris en remorque par les Chiliens.

Avant ça, Desjoyeaux est adolescent, mutique, introverti ; puis il revient au port après sa fuite de ballast ; puis il invente la quille basculante - <Moi, je n'ai qu'une idée en tête : inventer le bateau du futur.> - ; puis il déchire son deuxième spi... <Je ne suis donc pas inhumain ?>

Le récit de son second Vendée Globe et celui de son existence s'enchâssent sur 300 pages d'une prose compacte, orientée vers sa victoire. A la fin, sacré, le maître dira (et redira) cette phrase géniale : <Pour moi, les légendes sont forcément des gens qui ne sont plus. Et moi, je suis encore.>

Hélas, de ces formules, <Coureur des océans> en manque. Lorsque le Professeur se raconte - à la réflexion, c'est probablement quelqu'un d'autre qui le raconte - à la première personne, toute la légèreté désinvolte qui animait les emails envoyés pendant ses trois mois de course s'est abîmée... (Les quelque extraits repris ici pour rythmer font un terrible contraste. Non, vraiment, Desjoyeaux est un type 1 000 fois plus vivant que cette prose-ci, j'en suis sûre.)
Maintenant, l'ambiance est plutôt à : <A la vérité, je ne sais pas si j'aime les courses en solitaire parce que cela me réussit ou si c'est parce que j'y réussis que cela me plaît. Qui, de l'oeuf ou de la poule, a gagné la première régate ?>

Mais quand on aime... Raconter une histoire dont on connaît non seulement la fin mais aussi les moindres détails est bien un pari ! Quelques anecdotes cocassent rebondissent, comme celle de la boulangère qui crée la <Miche Desj, un pain qui voyage très bien et se conserve longtemps>, ou la manière dont, enfant, il a découvert le courant de marée.

Pour ce qui est des secrets de régatier dissimulés aux passionnés pendant la course, ils ne sortent pas plus dans <Coureur des océans> qu'avant.

Pas facile de déterminer à quel public on s'adresse. Peut-être aux néophytes qui n'auraient découvert Michel Desjoyeaux qu'au coeur de l'incroyable tapage médiatique ? Quelques extraits résonnent d'aspirations pédagogiques : <Le Vendée Globe a pour particularité d'être un défi très dur. Cette course exige de la concentration, de la détermination, de la résistance, de la sérénité. C'est la plus longue compétition au monde, elle dure environ trois mois.> Quand on aime...

Justement. Quand on aime Desjoyeaux, quand on l'aime vraiment d'une passion dévorante, c'est lui tout entier que l'on voudrait lire. Même s'il lui fallait des années pour écrire et qu'il ne devait y avoir qu'un seul titre sans rapport avec une actualité favorisant les ventes... Plutôt que de s'ennuyer dans un récit emmailloté de coton.

Vantarde, la quatrième de couverture indique : <Dans ce livre, [Michel Desjoyeaux] se confie pour la première fois.>
Or, après sa première victoire en 2001, <L'enfant de la vallée des fous> - coécrit par Régine Bornens, son épouse, Eric Coquerel, son attaché de presse d'alors et Désjoyeaux - racontait à peu près la même chose... Certes, il y manque les huit dernières années de Desjoyeaux... Mais à choisir, l'iconographie était soignée et le texte avait plus d'âme.

...........
<Vendée Globe 2008-09. L'incroyable odyssée du tour du monde en solitaire>, Pierre-François Bonneau, Dominic Bourgeois, Camille El Bèze, Loïc Le Bras, mai 2009. Editions du Toucan. 240 pages. 29,90 euros.

<Coureur des océans>, Michel Desjoyeaux, mai 2009. Editions Odile Jacob. 322 pages. 19 euros.


...........
Tapage médiatique pour tapage médiatique, tant qu'à faire, pourquoi ne pas aussi revivre le dernier Vendée Globe au travers de six diaporamas publiés en exclusivité sur le site www.voilesetvoiliers.com ?
Cliquez ci-dessous à l'envi !