Diaporama

Croisière côtière

Malango 888 : La croisière qui pétille

Deux jours de convoyage de Concarneau à La Rochelle – par petit temps, dommage ! – nous ont permis d’apprécier le Malango 888. Dessiné par Pierre Roland et construit à Trégunc par IDB Marine, ce petit croiseur familial, véloce, facile à échouer et sûr, suscite une empathie spontanée. Voici 15 images pour expliquer cette attirance, même si le prix de base du bateau (proche de 87 000 euros) ne le met pas à la portée de tous. On peut rêver !
  • Publié le : 15/10/2012 - 00:06
Lancer le diaporama en plein écran
plus de puissance

Plus de puissance

Signée Pierre Rolland, la carène du Malango 888 présente deux bouchains. Double atout : augmentation de la stabilité de forme et du volume intérieur par rapport à son prédécesseur, le 870. Le Malango 888 se veut donc plus rapide, en restant simple, polyvalent et facile à échouer. © L.C Laurent Charpentier

garage à annexe

Garage à annexe

Le tableau arrière s’ouvre sur une soute étanche destinée à une annexe gonflée, type Bombard AX2. Une solution de rangement idéale pour la petite croisière, de mouillages forains en échouages. Remarquez aussi le pataras à double palan et la barre d’écoute de grand-voile qui ferme le cockpit. © L.C Laurent Charpentier

stabilité et simplicité

Stabilité et simplicité

Grâce à ses deux safrans sous voute (et non plus sur tableau comme sur le 870), le Malango 888 garde une grande stabilité de route, ce qui est appréciable sous spi symétrique. Au centre du cockpit, une robuste table pliante, sans charnières, fait aussi office de main-courante. © L.C Laurent Charpentier

ergonomie et agrément

Ergonomie et agrément

Sécurisé à l’arrière par la barre d’écoute, le cockpit s’organise en deux parties : le coin du barreur, où toutes les manœuvres sont renvoyées, et la partie conviviale avec table (en option) et banquettes. Notez le cale-pieds central et, sous la barre franche, l’emplacement du bib. © L.C Laurent Charpentier

matelotage

Matelotage

A gauche, le génois à 110% remplace le foc autovireur, dans les petits airs : pas de rail d’écoute mais un rentreur réglable, composé de deux anneaux de friction. A droite, le bout-dehors en carbone est rétractable et vient se loger dans un tube fermé donnant au-dessus de la couchette avant. © L.C Laurent Charpentier

soute à mouillage

Soute à mouillage

Avec une ouverture limitée par le bout-dehors (dont on aperçoit le bout de commande de couleur verte), la baille à mouillage rend malaisé le rangement d’une ancre de grande taille. En revanche, les six taquets d’amarrage (deux à l’avant, au centre et à l’arrière) sont bien dimensionnés. © L.C Laurent Charpentier

accastillage de qualité

Accastillage de qualité

Pas de chichis, les winches de drisse (visibles ici) comme ceux de génois sont largement dimensionnés, ce qui donne une donne idée du sérieux dans le choix et le positionnement de l’accastillage. Remarquez, dans cette ambiance de nav’ au moteur, le hale-bas rigide et la console B&G (options). © L.C Laurent Charpentier

carré fonctionnel

Carré fonctionnel

Peu de bois, beaucoup de polyester poncé et peint : l’intérieur décloisonné du Malango 888 est dépouillé, mais pratique. La table à double abattant repose sur le puits de la quille relevable. La hauteur sous barrots ne dépasse pas 1,70 mètre, contrepartie d’une esthétique racée. © L.C Laurent Charpentier

lit breton

Lit breton

A l’avant, une couchette double (1,90 mètre de long) cache un coffre de rangement et surtout l’un des volumes de flottabilité qui permettent au bateau d’être «incoulable». La couleur de la sellerie est au libre choix du propriétaire. Attention à ne pas se cogner sur le tube du bout-dehors ! © L.C Laurent Charpentier

couchette arrière

Couchette arrière

Grâce à un franc-bord plus haut de 5 centimètres et au gain de volume permis par sa carène à bouchains, le Malango 888 bénéficie de la couchette arrière qui manquait sur le 870. A gauche, sous la descente, une glacière et le coffre du moteur in-bord sur ligne d’arbre. © L.C Laurent Charpentier

cabinet de toilette

Cabinet de toilette

L’endroit est le seul qui, cloisonné, soit séparé du reste des emménagements. Il offre la possibilité d’installer la seule penderie du bord (ici, à gauche des toilettes), mais il est impossible de s’y tenir debout sans contorsions. © L.C Laurent Charpentier

sobre mais convivial

Sobre mais convivial

A gauche de la descente, la cuisine permet des repas simples pour quelques jours de cabotage. A droite, le coin navigation est trop étriqué pour travailler longtemps sur le point ou la météo. Il est plus facile et confortable d’utiliser la table du carré, assis sur les banquettes. © L.C Laurent Charpentier

secteur de barre

Secteur de barre

A condition de faire preuve de souplesse, l’immense coffre de cockpit, situé à tribord, donne accès aux deux safrans. Celui de tribord, ici, peut être équipé d’un pilote automatique. La masse noire, en haut à droite sur cette image, est le coffre de la bouteille de gaz. © L.C Laurent Charpentier

echouage facile

Echouage facile

La quille relevable est identique à celle du Malango 870 (ici, sur cette photo). Elle se remonte grâce à un vérin hydraulique. Pour stabiliser l’arrière du bateau à l’échouage, il suffit d’installer deux béquilles télescopiques, tout simplement depuis le cockpit. © L.C Laurent Charpentier

polyvalence et vivacité

Polyvalence et vivacité

Garage à annexe, quille relevable, volumes de flottabilité et facilité de manœuvre sous voiles : le Malango 888 a tous les atouts pour la petite croisière familiale, rapide et sûre. Si le prix de base est voisin de 87 000 euros, comptez 120 000 euros pour un bateau prêt à naviguer. © L.C Laurent Charpentier

Photo 1/ 15
Vitesse
Lecture
Lancer le diaporama en plein écran