Actualité à la Hune

Vidéo Volvo Ocean Race : Et les règles de course deviennent fun (4)

Franck ! Au looof !

  • Publié le : 22/02/2012 - 00:16

Question de prioritéOn est d'accord que l'équipe de Puma, sous le vent de Groupama, est un peu plus rapide au changement de voile d'avant... Sauf que pendant cette manœuvre, les Américains s'avèrent incapables de parer un changement de programme.Photo @ Ian Roman Volvo Ocean Race

Du côté des AC45, c’est la trêve hivernale, mais ailleurs ça continue de régater. Devant Abu Dhabi, le 14 janvier dernier, ce sont les VO70 de la Volvo Ocean Race, la course en équipage autour du monde, qui tournent entre trois bouées avant de s’élancer pour la troisième étape (en deux parties), vers Sanya, ville insulaire du Sud de la Chine.
A la bouée au vent, l’équipage français de Groupama mené par Franck Cammas enroule dernier, mais ne tarde pas à aller titiller les Américains de Ken Read et Puma. «Au lof !» «Mât par le travers !»… Euh, ça, non, ça risque pas, car cela fait maintenant quelques années que la règle a changé... Besoin d'une petite mise à jour ?
La séquence vidéo proposée ci-dessous ne dure que quelques secondes, mais les règles de course défilent : n°11, 12, 16 et 17. On se repasse la bande et gros débrief’ !

 

 

CAS N°1 : AU VENT / SOUS LE VENT – MODIFIER SA ROUTE

 

> Lieu de l’incident : 4e bord, après l’enroulement de la bouée n°3 du parcours préliminaire de la 1ère partie de la 3e étape de la Volvo Ocean Race (Abu Dhabi-Sanya).
> Heure : 00:10
> Règles en jeu : 11 et 16.

Rappel sur les règles

Règle 11. Lorsque les deux bateaux naviguent sur le même bord et sont «engagés» (c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’espace vide entre eux), c’est le bateau au vent qui doit «se maintenir à l’écart», c’est-à-dire faire en sorte que le bateau sous le vent puisse modifier sa route sans qu’il y ait contact entre les deux bateaux.

Règle 16. Lorsqu’il modifie sa route, un bateau prioritaire doit laisser la place à l’autre de «se maintenir à l’écart».

> Les textes de référence, ici.

> Description de l’incident : Puma enroule la bouée au vent devant Groupama (00:10) et Groupama n’est pas engagé sur Puma : Puma, en route libre devant, est donc prioritaire (règle n°12) sur Groupama qui doit se maintenir à l’écart.
L’instant d’après (00:11) – sur le montage vidéo, mais pas dans la réalité, le changement de valeur de plan ayant fait une ellipse du changement de voile d’avant notamment – Groupama a rattrapé Puma et s’est engagé à son vent. Dans cette situation, Puma est prioritaire, donc lorsque son barreur décide de lofer (00:14), Groupama doit se maintenir à l’écart (règle n°11). Bien que prioritaire, Puma doit laisser le temps à Groupama de répondre (règle n°16).

> Conclusion : En lofant à son tour (00:15), Groupama parvient à se maintenir à l’écart et respecte la priorité de Puma.
Dans la même seconde (00:15), le contrecoup de barre mis par le barreur de Puma – qui cherche donc à rapidement ré abattre – montre que celui-ci n’a pas cherché à acculer Groupama, donc qu’il a respecté la règle n°16 ; dans l’appréciation générale des choses, ce détail n’est probablement pas anodin, le premier coup de lof initié par Ken Read paraissant brutal et plutôt très offensif. L’écart entre les deux bateaux restant conséquent durant cette suite d’actions, on peut néanmoins conclure qu’aucune règle n’a été enfreinte.


 

CAS N°2 : «DONNER» UNE PRIORITÉ – ROUTE NORMALE

 

> Lieu de l’incident : Immédiatement après.
> Heure : 00:19
> Règles en jeu : 11, 12, 16 et 17.

Rappel sur les règles

Règle 12. Lorsque deux bateaux naviguent sur un même bord sans être engagés (c’est-à-dire que les bateaux ne se trouvent pas au même niveau), celui qui est derrière doit «se maintenir à l’écart» de celui qui est devant, c’est-à-dire ne jamais le gêner.

Règle 17. Un bateau en route libre derrière qui s’engagerait sous le vent d’un autre, avec un écart entre les deux bateaux inférieurs à deux longueurs, ne peut naviguer au-dessus de sa route normale.

> Les textes de référence, ici.

> Description de l’incident : Immédiatement après, ça recommence. Dès 00:19, Puma repart ainsi à l’offensive. À nouveau, Groupama lofe en réponse (00:23) ; cette fois-ci le changement de position / d’orientation des deux bateaux et l’inertie dont bénéficie les Français permettent à ces derniers de se libérer de l’engagement : à 00:26, Groupama se retrouve en route libre devant, donc prioritaire (règle n°12) ! Puma doit donc cesser son jeu, raison pour laquelle son barreur abat immédiatement (00:27).
De plus, Puma ne peut risquer d’enfreindre la règle n°17 avec laquelle il flirte : celle-ci aborde la question de la «route normale», la route que doit suivre un bateau pour finir au plus tôt, à laquelle doit se tenir un bateau en route libre derrière qui s’engagerait sous le vent, comme se trouve Puma. En l’occurrence, monter au près alors que les bateaux sont sensés descendre au largue ne peut satisfaire à la notion de «route normale»

> Conclusion : Pas de faute commise. La situation est certes chaude, mais maîtrisée par les deux équipages qui veillent à réagir rapidement lorsqu’ils ne sont pas prioritaires.
Si l’on se fie à la seule timeline, on pourrait penser que les temps des réactions des équipages sont plus longs ; en réalité, il faut les rapporter aux distances entre les deux bateaux qui augmentent entre les deux cas… Et ne pas négliger le cas de transfert de priorité entre Puma et Groupama qui a lieu en cours de route.

Envoi au lofPrioritaire lorsqu'il est engagé, le bateau sous le vent a le droit de demander à son adversaire de lofer. Si c'est un bon moyen pour bloquer celui-ci, il faut rester vigilent et pouvoir réagir vite, car la situation peut vite évoluer et les priorités s'inverser. (Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir.)Photo @ D.R. François Chevalier /Manon Borsi

> Question de choix tactique : Quel intérêt a Ken Read à lofer ?

A partir du moment où Puma enroule la marque au vent pour descendre au portant, il n’est plus en position de contrôle des adversaires qui se trouvent derrière. Si Groupama avait choisi de rester dans son sillage ou de plonger, il n’aurait néanmoins pas été très dangereux pour Puma. En revanche, à partir du moment où l’équipage français décide de monter dans le dos de Puma, celui-ci risque d’être déventé.
Jouer le règlement et la priorité sous le vent dont il bénéficie peut donc permettre à Puma de bloquer Groupama, en empêchant – ou dissuadant – celui-ci de le passer au vent… ou en allant chercher la faute.

Mais encore faut-il que l’équipage suive correctement la manœuvre et optimise les réglages. Manque de bol, il est clair qu’en 00:21, le barreur de Puma lofe alors que la voile d’avant n’est pas bordée – ses équipiers sont plutôt concentrés sur le changement de voile... Inévitablement, le VO70 américain ralentit. Cette erreur est tout bénef pour Groupama qui ne souffre pas de la même imprécision : en restant performant, le bateau français est plus manœuvrable, n’encourt guère le risque de commettre une faute, et gagne en distance. Si bien qu’il a vite fait de marcher sur Puma.

Quelques instants avant le fondu noir du générique de fin de la séquence, on devine que malgré cet avantage pris par Groupama, Puma cherche une nouvelle fois à lofer. Le mouvement est moins vif, le bateau toujours pas réglé… et il est difficile de comprendre ce que le barreur de Puma tente encore de faire.
Une fois battu, on s’attendrait à ce que Puma limite sa perte en reprenant la route directe… Quitte à, le moment opportun venu, faire à Groupama le même coup que celui-ci vient de lui faire, c’est-à-dire le dépasser au vent. Autre choix, pas des plus faciles techniquement : tenter de se défaire du dévent de Groupama en plongeant en dessous de la route et en espérant pouvoir revenir fort, sur une route plus serrée, au moment de l’enroulement au largue. Quoi qu'il en soit, faut border, les gars !

 

> Le détail des résultats de la Volvo Ocean Race, ici.

 

………..
Pour (re)lire nos précédents articles de cette série, suivez les liens :

«Dis-moi, Terry, t’aurais pas viré un peu près, là ?», ici. Règles n°10, 11, 13, 15 et 20.
«Non, Andreas, y’a pas de place !... Paas de plaaace !», ici. Règles n°11, 12, 15 et 16.
«Y’a pas d’eau à la bouée au vent, Yann ?», ici. Règles n°10 et 18.


...........
Aller plus loin

Réclamez !

Si l'envie vous gagne d'étudier plus précisément les règles de course et de vous en servir (en suivant les AC45 ou pour de vrai), le formulaire de réclamation (en français) mis à disposition par la FFVoile devrait vous intéresser.

> Téléchargez-le ici.

> Les règles de course à la voile sont établies et éditées tous les quatre ans, par la Fédération internationale. La FFVoile les commercialise traduites et en édition bilingue, ici. Une référence incontournable pour régater !

 

> Par ailleurs, le jargon juridique des règles peut faire quelques réticents, d'autant que ces règles ne sont pas illustrées... "Les clés des règles de course 2009-12" de Marc Bouët fournissent alors un complément indispensable (excepté pour les cas spécifiques aux AC45 évidemment). "Les clés des règles de course 2009-12" de Marc Bouët se trouve sur la boutique Voiles et Voiliers, ici.

En complément

  1. impeccable 19/01/2012 - 00:08 Vidéo AC45 : Et les règles de course deviennent fun ! (3) Y’a pas d’eau à la bouée au vent, Yann ? Les passages de bouées en AC45, ce n’est pas chaud… C’est bouillant ! Tribord ! Bâbord ! «Quoi, de l’eau à la bouée au vent ?!?» Quelles règles les meilleurs utilisent-ils ? Comment ? Pourquoi ? Découvrez-le ici.
  2. t #039;as raison de faire la grimace, tiens  06/10/2011 - 04:16 Vidéo AC45 : fun, les règles de course ! (2) Non, Andreas, y’a pas de place !... Paas de plaaace ! Et sur les départs, alors, vous avez vu les images vidéo retransmises en direct de Plymouth ? De la pure folie ! Il n’y a pas quinze centimètres entre les AC45 et les mecs se tournent autour en s’alpaguant ! «Regarde le coup de barre qu’il vient de mettre, là ! Attends, mais il va lui rentrer dedans !» Vu le rythme, ce n’est pas toujours facile de suivre. Quelles règles les meilleurs utilisent-ils ? Comment ? Et pourquoi ? En l’espace de quelques secondes de la manche du 14 septembre dernier, les règles 11, 12, 15, 16 et 18 y passent ! L’occasion de réviser trois cas d’école où il s’agit de défendre son territoire.
  3. illusion instantan eacute;e 20/09/2011 - 05:30 Vidéo AC45 : Et les règles de course deviennent fun ! (1) Dis-moi, Terry, t’aurais pas viré un peu près, là ? Après Cascais, la fièvre nous reprend à Plymouth ! Les images vidéo des manches en AC45 retransmises en direct nous scotchent et nous rendent dingues : «T’as vu comme il lui a viré sur la gueule ? – Ouaiiis ! Mais, il a le droit de faire ça ?» Voilà le hic. Sorti de tribord/bâbord, on a tendance à vite trouver les règles de course rasoirs et on est un peu largués. Alors il est temps de s’y remettre ! Quelles règles les meilleurs utilisent-ils ? Comment ? Et pourquoi ? Allez, on se repasse la bande et on débrief’ sur quatre cas d’école : les règles de course 10, 11, 13 & 20 !