Actualité à la Hune

MILLE SNSM

Tous en mer pour les Sauveteurs le 23 juin !

L’idée est toute simple ! Le samedi 23 juin à midi pile et à l’occasion de la journée des Sauveteurs en Mer, plaisanciers, coureurs, marins de tout poil vont rendre hommage aux 7 000 bénévoles de la SNSM, et ce sur tout le littoral, de Dunkerque à Bonifacio. L’opération baptisée «le mille SNSM» a été révélée à Paris jeudi 5 avril avec trois ambassadeurs qu’on ne présente plus : Catherine Chabaud, Michel Desjoyeaux et Charles Berling. Et c’est bien sûr Damien Grimont, créateur du Record SNSM et de The Bridge – entre autres -, qui est chargé de mettre en œuvre le concept.
  • Publié le : 06/04/2018 - 15:35

SNSMC’est bien souvent dans le mauvais temps que les Sauveteurs en Mer sont appelés.Photo @ SNSM
Il y a foule et du beau monde au très select Yacht Club de France dans le XVIe arrondissement de la capitale, avenue Foch. Dans la salle de réception du club qui a fêté ses 150 printemps l’an dernier, c’est forcément ambiance costume cravate… mais avec écharpe orange obligatoire aux couleurs de la SNSM. L’amiral Yves Lagane, à la tête du YCF mais ancien président de la SNSM et «voileux» depuis toujours, ne pouvait faire autrement que de convier son successeur Xavier de La Gorce dans ces locaux cossus ornés de coupes et de marines. Cette opération nationale de sensibilisation et surtout de mobilisation doit être un succès, et la SNSM a mis les petits plats dans les grands. On ne va pas se mentir ! Quand on demande à Catherine Chabaud et Michel Desjoyeaux, ainsi qu’à l’acteur Charles Berling, amoureux de la mer et plaisancier de venir porter la bonne parole, c’est pour une grande cause, et pour trouver des sous ! D’ailleurs l’an dernier, lors du cinquantenaire de l’institution, le premier ministre de l’époque Manuel Valls, a attribué au sauvetage en mer le label de grande cause nationale. Pour Xavier de La Gorce : «cette reconnaissance au plus haut niveau de l’État, ressentie comme un véritable hommage aux sauveteurs bénévoles, a accru de façon sensible la notoriété auprès du grand public.» Ce dernier ne sait pas forcément que l’association vit en grande partie grâce à la générosité de donateurs, fondement de son financement. Ses milliers de sauveteurs sont âgés en moyenne de 48 ans, actifs pour la plupart, et risquent leur vie en allant sauver de jour comme de nuit des bateaux en détresse mais aussi des vies, et ce très souvent avec le concours de la Marine nationale.
Cette journée du 23 juin grâce notamment au mécénat du Crédit Mutuel, a donc aussi vocation à lever des fonds, afin de renouveler la flotte des 450 bateaux dans les 219 stations, mais aussi former les futurs sauveteurs.

Catherine Chabaud, Michel Desjoyeaux et Charles BerlingCatherine Chabaud, Michel Desjoyeaux et Charles Berling, ambassadeurs de cette journée de solidarité le 23 juin.Photo @ D. Ravon
Le Mille SNSM

«L’idée du "Mille SNSM" est de tous nous rassembler, amoureux de la mer et du littoral, autour d’une cause essentielle et d’un principe simple : manifester une fois dans l’année son soutien aux valeurs de l’engagement bénévole pour le sauvetage. Les Sauveteurs en Mer sont disponibles 365 jours par en 24 heures sur 24. Soyons mobilisés pour eux quelques instants dans une ambiance festive, fraternelle et solidaire» explique Damien Grimont. L’ancien vainqueur de la Mini-Transat, régatier émérite est un homme de conviction. Devenu boss de Profil Grand Large, il se dit que cet infatigable ingénieur de formation a des idées un peu folles tous les trois jours, épuise ses collaborateurs, mais le plus souvent parvient à tous les mobiliser ! Michel Desjoyeaux en remet une couche. «Comme tout navigateur, je suis très reconnaissant vis-à-vis des Sauveteurs en Mer. J’ai malheureusement eu besoin de leurs services il y a quelques années.» Mich’ Desj avait chaviré cul par-dessus tête avec Alain Gautier peu après le départ de la Transat Jacques Vabre 1999 au large du Cotentin, avant d’être récupéré par une vedette de la station de Dielette.

Le teaser du Mille SNSM

«Je ne suis pas pressé de recommencer poursuit le double vainqueur du Vendée Globe ! Non pas parce que ça ne s’est pas bien passé, au contraire ils ont été très efficaces, mais parce que lorsqu’on a besoin de la SNSM, cela signifie qu’on se trouve en fâcheuse posture… N’importe qui peut avoir un jour besoin des Sauveteurs, que ce soit un plaisancier, un marin-pêcheur, un kitesurfeur, ou n’importe quel autre usager de la mer.» L’acteur Charles Berling, qui vit à Toulon et adore naviguer quand il n’est pas sur les planches ou sur un plateau de cinéma, est nettement plus lyrique mais tout aussi engagé : «la mer est si puissante, si grande et si belle que l’homme y trouve toute sa fragilité et il peut parfois s’y perdre. Il n’est pas bon pour lui d’être trop seul face à cette maîtresse exigeante. Alors les hommes ont inventé la solidarité, la générosité et le courage. Ils ont créé la Société Nationale de Sauvetage en Mer parce qu’il n’y a rien de plus beau et nécessaire que de sauver les vies intrépides qui se sont égarées un temps dans une houle trop forte. J’ai moi-même été, certains jours de grands vents, cet imprudent. Ma reconnaissance est et sera pour toujours sans limite.» Et Catherine Chabaud, première femme à boucler un tour du monde en solitaire et sans escales lors du Vendée Globe 1996-1997, de conclure : «il faut leur donner les moyens d’investir dans des canots plus performants, de former de nouveaux sauveteurs, pour mener leur mission à bien. C’est indispensable. Voilà pourquoi, comme je le peux, je soutiens les Sauveteurs en Mer.»

Canot SNSM de La Trinité-sur-MerLe canot SNSM de La Trinité-sur-Mer lors du dernier Spi Ouest-France. Photo @ D. Ravon
Tous en mer !

Alors le 23 juin prochain, en famille, entre amis, sur un voilier ou un bateau à moteur, sur la plage, il vous faut rejoindre la vedette SNSM ou la station la plus proche… faire ce mille symbolique, et sortir votre chéquier ou la carte bleue ! Onze événements auront lieu d’ici là, du Paddle Trophy au Challenge Spi Dauphine ou encore les 1 000 milles en Multi50 au départ de la station de Port Médoc en Gironde. Et comme le dit Marc Sauvagnac, directeur général de la SNSM «les petits ruisseaux font les grandes rivières, les fleuves… et la mer». On ne va pas lui donner tort ! Car si chaque année, un million de personnes sur les dizaines de millions fréquentant les plages et la mer, donnent 50 euros – soit 10 euros après déduction fiscale – l’intégralité du budget de fonctionnement de la SNSM serait sans doute financée !
 



Comment soutenir la SNSM ?

En parcourant un mille nautique (1 852 mètres !) en l’honneur des Sauveteurs en Mer le 23 juin, en les applaudissant depuis la plage, le port, une station SNSM… en suivant le sillage de l’armada du sauvetage sur la Seine à Paris le 24 juin, en faisant un don sur www.snsm.org ou par SMS au 92234 (envoyer « DON3 » pour donner 3 €, « DON5 » pour 5 € et « DON10 » pour 10 €.

 


SNSMLes Sauveteurs en Mer travaillent en étroite collaboration avec la Marine nationale.Photo @ SNSM
La SNSM en 10 chiffres

7 000 bénévoles

219 stations de sauvetage

450 bateaux

32 centres de formation et d’intervention

4 400 sauveteurs embarqués

1 300 nageurs sauveteurs

5 500 interventions chaque année

9 000 personnes secourues en mer

19 000 personnes soignées sur les plages

30 millions de budget dont 80 % de fonds privés

(source : SNSM 2017)