Actualité à la Hune

Gruyère et douceurs marines

La petite souris au Grand Pavois

Rien de tel qu’une petite souris accrochée aux basques d’un visiteur, quel qu’il soit, pour glaner ci-et-là quelques coups de cœurs et autre détails amoureux qui font d’un salon une chose humaine, vivante, décalée et passionnelle à la fois.
Au 46e Grand Pavois de La Rochelle, Loïc Madeline, rédacteur en chef de Voiles et Voiliers, a joué au visiteur. Chaque photo, détail pointé par lui du bout de son doigt, sera suivie d’un avis, d’une anecdote, d’un commentaire forcément subjectif. Suivez le guide, en avant les histoires !
  • Publié le : 30/09/2018 - 17:44

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Epatant, le voile de quille de ce Fareast 19 R ! En carbone profilé, encapsulé d’époxy, avec dessous 300 kilos de plomb, en profilé aussi, pour donner de la raideur à la toile à ce quillard qui devrait faire son trou dans les écoles de voile. L’importateur, Yves Le Couteur, dit que cet été, son Fareast a été pointé à plus de 15 nœuds en baie de Morgoat. Un bel engin. Avec son rapport qualité/prix, Il ne lui reste plus qu’à se trouver son créneau dans les écoles de voile.  

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Rigolo, cet idée de kayaks fabriqués avec des morceaux de classeurs en plastique de bureau et qui se replient sur eux-mêmes, en suivant les pointillés ; les Orukayak. Le plus léger fait 12 kilos et peut supporter 136 kilos de charge, soit 1 adulte et 1 adolescent à condition de rester sur la bande côtière. Il se range dans une valise qui mesure 84 par 74 centimètres. Ça rentre facilement dans un coffre, dans le cockpit. C’est robuste, ça résiste aux UV et il est garanti pour résister à 15000 pliages sans provoquer de fentes. Sans la pagaie, celui-là coûte 1300€.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Il y a un truc pas mal, je trouve, dans ce nouveau catamaran à foil, le Befoil, c’est le palpeur de vol qui est réglable en hauteur, avec son extrémité en étoile qui assure une surface de contact avec l’eau suffisante en permanence. L’axe étant réglable par l’équipier avec un bout en aller-retour, on peut donc choisir sa hauteur de vol en cours de navigation, donc la modifier en fonction des vagues. Ce qui évite de se faire peur inutilement. Pour un catamaran à fois destiné au grand public et aux écoles de voiles, c’est assez intelligent, comme précaution.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...C’est pas parce qu’on fait de la voile qu’il ne faut plus pêcher en mer et ces trois leurres sont fabriqués par François Hué, à Saint Brieux. C’est le dernier fabricant de leurre en France. Les autres sont essentiellement fabriqués en Asie ou en Pologne. Celui qui ressemble à un mini maquereau est fait pour le maquereau, d’accord, mais aussi pour le lieu ; La théorie des ressemblances ne fonctionne pas forcément, sous l’eau. Avec la cuillère en forme d’octupus, avec ses tentacules, on n’attrapera pas non plus que des pieuvres ou des calmars. Avec le troisième, qui est très souple, on ira plutôt chercher du bar. C’est un leurre qui va gigoter tout seul, bien agile, qui va bien énerver le bar, un prédateur très agile lui aussi, qui a tendance à préférer les proies un peu difficiles.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Là, je dis la belle idée ! Elle est de Christophe Barreau C’est l’architecte de ce catamaran complètement nouveau sur le marché, le TS3. Il a posé la nacelle sur quatre silent blocks, comme pour des moteurs. Résultat : à l’intérieur, tous les bruits de navigation, de chocs de vagues, toutes les vibrations sont gommées. Au moins en partie. Il fallait y penser !  Techniquement, pour un catamaran de 10m98 de long pour 5m55 de large, il faut croire que le défi n’était pas insurmontable. Le résultat est beau, en plus. Joli comme le pied d’Alizé qui se charge d’accueillir les visiteurs sur ce salon, non ?

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...J’en parlais avec Eric Roger, le constructeur de l’Aventura 34. Nous avons cherché ensemble le détail qui fait différence. Nous sommes tombés finalement sur ce magnifique robinet situé sur l’évier de cuisine placé à mi-chemin entre le cockpit et le roof. Juste derrière une vitre coulissante. Résultat, il est accessible par les deux côtés, au mouillage par exemple. Très pratique. Dans ce cockpit d’un 34 pieds, on se croirait dans celui d’un 40 pieds.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Ce Rosso 28 construit par le chantier des Ileaux dans la plus pure tradition classique est bourré de détails qui font toute la différence. Les trois cale-pieds dans le cockpit, par exemple, qui sont escamotables. A la navigation, dés que le vent rentre un peu, ces trois cale-pieds actionnables depuis le cockpit en débloquant les électro aimants qui les verrouillent, vont vous donner un confort à la gîte parfait. Et au mouillage, on les rentre pour pouvoir installer des coussins au sol, pour une petite sieste. Le prototype avait été fait à la demande d’un client. Comme l’idée était bonne, le chantier l’a généralisé. Belle idée !

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Devant, il y a le J70. Mais il faut savoir regarder un peu plus loin. Derrière, il y a une photo, une coque rouge. C’est celle du futur J99, celui que tout le monde attend. Il sera présenté au prochain Nautic. La coque est rouge sur la photo mais j’ai demandé au chantier : ils ne savent pas encore si celui du Nautic sera rouge, au final. Ou bien blanc. Ils décideront au dernier moment. On verra bien.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @

...C’est sur des détails, souvent, qu’on peut s’enticher d’un bateau. Sur ce Solaris 50, je suis tombé amoureux de l’arrondi et de l’angle de la partie arrière du hublot de roof. La courbe est merveilleuse, je trouve, et ce biseau final d’une élégance rare. C’est taillé dans un plexiglas plus épais que la normale, du 11 millimètres, mais la courbe est restée subtile, fine. Comme une évidence, après coup. Chapeau, le designer !

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Avec les 13m98 de long de son pont, l’Ovni 450 cache un petit bijou : le grand lit de sa cabine avant, en pointe. 2m10 x 1m50 ! Ce n’est pas commun, pour cette taille. Avec une hauteur sous barrot XXL ! Du grand luxe ? La preuve ? Demandez à Isabelle, la femme qui est là, dans le cockpit. Elle a dormi dedans, cette nuit. Quand on pose la question à la dite Isabelle, celle-ci confirme bien volontiers : « Du grand luxe. C’est comme à la maison »,

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Avec son roof complètement lumineux, ce Nouveau monde 900 des chantiers Olbia n’a pas fini de m’étonner. Ils ont du faire mouler les plexi chez un fabricant d’hélicoptères. En tous cas, ça donne une lumière incroyable, à l’intérieur. Décidément, ce bateau m’étonne. Par tous les bouts qu’on le prenne, tout est réfléchi pour le voyage. C’est bien pensé dans le moindre détail. Le tout condensé dans 9 mètres de coque. Là, je dis Voyage ! D’ailleurs, il suffit de regarder les visiteurs qui tournent autour. Des voyageurs en puissance, tous.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...A propos de grand voyage à la voile, Bernard Martin, il en a vu, du paysage ! Sur son Mélody Kanaounen, il est parti 4 ans ou presque pour le compte de Voiles sans frontières. Le Sénégal, les Antilles et les Etats Unis en 2014-2015 puis le Sénégal, Panama, Tahiti, Hawaï, les Etats-Unis, Cuba et les Açores en 2016-2017. Et le voilà revenu avec son Mélody prêt à repartir, comme si de rien n’était ou presque ! D’ailleurs, il va nous raconter ses aventures dans le prochain Voiles et Voiliers. Ça, c’est du voyage ! Et sa gueule, elle ne vous rappelle pas quelqu’un ?

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Regardez ce Balkis, une construction Franck Roy. Du sérieux, quoi ! Et regardez l’écoute de grand-voile qui est reprise à mi- bôme, mais directement sur la bôme. Et quand un responsable du chantier, en aparté, vous raconte le pourquoi de ce choix, on se dit qu’il faut savoir écouter les autres : Ses menuisiers, qui ne sont pas tous marins, trouvaient idiot de de reprendre l’écoute dans le cockpit. Ca «gênait la circulation» et ça «faisait une verrue au sol» dans le cockpit, selon eux. «Alors autant mettre le taquet-coinceur en haut, directement sur la bôme», selon eux. Franck Roy s’est dit «Pourquoi pas !». Il a testé. C’est loin d’être idiot, finalement. Il suffit de s’y habituer.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Yiannis Mavrikios fait partie de ces architectes qui font un peu bouger les lignes. Avec Alain Mortain, par exemple, il a travaillé sur le prochain Ovni400. Ils ont prévu une dérive lestée de 1300 kilos qui est profilée, pour diminuer les résistances sous l’eau, et qui est allongée, pour plus d’efficacité. Ça changera de la tôle d’autrefois. Le nouveau bouchain lui donne une gueule de baroudeur et, malgré la largeur derrière, à la gîte, il restera bien assis au lieu d’aller planter devant. Avec un brion bien au ras de l’eau. Du beau boulot. Ca faisait un moment qu’on attendait ce petit coup de renouveau, chez Alubat.

La petite souris au Grand PavoisPhoto @ Nicolas Fichot

...Un joli mariage, tiens ! Le chantier des Ileaux, pour la construction classique, traditionnelle, bien faite, et l’Italie de Paolo Bua (à droite sur la photo), l’architecte, pour l’épure et la beauté des lignes. Le résultat, c’est le Polar Bear, le petit bijou de ce Grand Pavois. C’est somptueux, raffiné, et ça avance ! Rien à redire. Chapeau bas, Signor Bua !

 

 

Les tags de cet article